apocalypse 12

comme dans un conte, il faut passer entre les ronces et s'enfoncer dans la forêt
pour arriver de l'autre côté du miroir…

LE MAÎTRE : suis-je toujours la plus belle en ce royaume ?

affiche : Antonin Malchiodi

conception et mise en scène
Michel Massé

avec
Odile Massé, Mawen Noury, Michel Massé, Yves Breton

lumières, régie et son
Jean-Christophe Cunat

assistant à la mise en scène
Gaël Massé

musique
Etage 34 (Dominique Répécaud, Daniel Koskowitz, Olivier Paquotte)

réalisation bande son
Frédéric Bailly

construction, bricolage
Patrick Perrin, Antoine Carton de Grammont

coproduction
Compagnie 4 Litres 12,
CCAM de Vandoeuvre scène nationale, Espace Malraux Scène nationale de Chambéry

 
 

© Compagnie 4 Litres 12- 2011

livret du spectacle

extraits du spectacle

extrait 1
1 min 35

Lire la vidéo

extrait 2
0 min 37

Lire la vidéo

extrait 3
1 min 19

Lire la vidéo

Intégrale - 1H15

Lire la vidéo

EXTRAITS D'articles

Didier Hemardinquer, L’Est Républicain : “Le chef invite la grande Histoire à ce festin apocalyptique.”

 
 

Adrien Chobaut, Mylorraine.fr : “En un mot, la folie. Et au vu de leur nouveau spectacle « Apocalypse 12 », ça ne s’arrange pas. Tant mieux.”

Aux Actes Citoyens : “4 Litres 12 appartient au patrimoine théâtral de notre région, tout en étant résolument d’avant-garde !”

 
 

Joao Da Rocha, lycéen : “…inquiétant et mystérieux, point de convergeance entre la réalité et l’imaginaire.”

Tournée de 2011 à 2012 : France

texte dE LA PIECE

ACTE I

 
 

LES DEUX AMIES : qu’est-ce que c’est mais qu’est-ce que c’est que ça
t’as entendu le barouf
ah moi j’ai rien fait
moi non plus je ne me permettrais pas
je me demande bien qui a bien pu faire ça
qui et pourquoi ça je me demande
oui ça va pas faire des choses comme ça
crier dans la forêt comme ça
mais qu’est-ce que c’était
et d’où ça venait
ça avait l’air de venir de par là
par là oui mais c’est noir
c’est là tu vois
là où il y a une petite lumière
oui là
j’écarte hein

Leurs têtes apparaissent, elles voient le tapis de costumes sur le sol.

oh la la quel bazar
quel bazar
qui a bien pu faire ça
alors ça regarde-moi ça
ça alors regarde-moi ça y en a partout
y en a plein alors ça
jusqu’où ça va
oui ça va loin eh ben
mais qui a fait ça
je me demande bien
mais où on est tombées
ça
en tout cas on n’entend plus rien

Elles avancent un pied.

L’AMIE :             bon moi je vais me mettre là
SON AMIE :       je mets mon pied
L’AMIE :             ça va tu peux y aller suis-moi
SON AMIE :       fais attention quand même fais attention
L’AMIE :             mais où on est où on est
SON AMIE :       où on est tombées
L’AMIE :              jusque là jusque là
SON AMIE :       attends je regarde
LES DEUX AMIES : ah oui jusque là
                            et puis là aussi jusque là
                            regarde
                            oh la la oh oui partout

SON AMIE :       incroyable
L’AMIE :              ah ben oui
SON AMIE :       ah je me demande
L’AMIE :              mais qui a bien pu faire ça
SON AMIE :       oui qui et pourquoi
L’AMIE :              c’est comme tout à l’heure qui a crié comme ça
SON AMIE :       ah je sais pas je sais pas
                            mais là on n’entend plus
L’AMIE :              on n’entend plus rien
SON AMIE :       c’est tranquille

Elles avancent l’une derrière l’autre.

L’AMIE :              je vais me mettre là
                            tu suis
SON AMIE :       oui je suis
                            attention quand même où tu mets tes pieds
L’AMIE :              faut faire attention
SON AMIE :       faut pas marcher dessus
L’AMIE :              oui je sais
SON AMIE :       parce que il faut pas salir
L’AMIE :              ah ben non faut pas rajouter au bazar
SON AMIE :       ah ben non c’est pas moi qui ferais ça
L’AMIE :              non moi non plus moi je suis propre
SON AMIE :       moi aussi
L’AMIE :              bon tu me suis là
SON AMIE :       oui oui je te suis
L’AMIE :              fais attention quand même
SON AMIE :       oui y a encore des souches oh la la ça c’est pas facile
L’AMIE :              c’est difficile
                            donne-moi la main je vais aller là
LES DEUX AMIES : oh la la la la
SON AMIE :       il y a des racines
                            et là y a un trou
L’AMIE :              oui y a un trou
SON AMIE :       on pourrait tomber
L’AMIE :              on pourrait
SON AMIE :       et puis si on tombe après hein
L’AMIE :              oh ben ça après hein
SON AMIE :       attends je mets mes pieds dans tes pieds
L’AMIE :              mets tes pieds dans mes pieds

Au lointain derrière elles, dans le fond de la forêt, il y a de grands miroirs concaves où l’on aperçoit les reflets mouvants du Cuisinier : il épie les femmes.

 

Dans la boite à lettres

un lycéen de longwy

une spectatrice de nancy

photos du spectacle

“Il faut savoir reculer en avançant tout en avançant sans reculer”

la presse

L'Est Républicain
Mylorraine.fr
Le Républicain Lorrain

Partagez